MES PEINTURES
      Histoire de ma peinture 
 
     C'est en 1971, après un an d'études en esthétisme et en histoire de l'art, que j'ai commencé à peindre. J'avais alors 19 ans. 
 
    Influencé au début par la peinture primitive qu'on appelait l'art brut, mes toutes premières années de création furent consacrées à expérimenter différents médiums sur différents matériaux à travers un style enfantin et symbolique. Issu des courants picturaux de mon époque, j'ai passé plus de 7 années à la production et à la réalisation d'expositions et à une implication dans le milieu artistique de ma région, Drummondville. Vers la fin des années 70, ma démarche semblait avoir atteint ses limites. Un bilan s'imposait, ce qui entraîna un arrêt et une réflexion en profondeur sur mon aventure en art contemporain. 
 
     Mes dernières années de partage avec le vrai monde m'avaient fait réaliser que mes rêves et mes aspirations n'étaient pas si différents de ceux de bien des gens. Ma nouvelle peinture devait témoigner de cette prise de conscience. J'étais animé par cette volonté de reprendre la peinture à son point de départ, d'y redécouvrir la joie d'exprimer une gamme d'émotions à travers des symboles clairs et compréhensibles par tous et d'y retrouver aussi ce plaisir de montrer sa virtuosité avec les pinceaux tel un violoniste avec son archet. 
 
   En 1981, suite à ces réflexions, je retrouvai le goût de peindre. Pendant deux ans, ma production évolua vers un style de plus en plus réaliste où je jonglais avec les images et leurs impacts. Finalement, en quête d'un grand sujet qui exprimerait mon amour de la nature, du grandiose, de la spiritualité, c'est vers les cieux que je me suis tourné. J'ai exploité ce thème et cherché à le maîtriser pendant deux ans pour enfin atteindre une première maturité à la fin de l'année 1985. 

La qualité inégale des reproductions vient du fait qu'elles ont été ralisées à partir d'anciennes diapos.
     J'avance lentement un pied à la fois sur les nuages. Parfois je descends de mes hauteurs pour voir le monde de plus près. J’observe l'époque à travers ses manifestations intrigantes voire troublantes. Je suis attiré, il faut bien le dire, par tout ce qu'on voudrait me cacher. Quand on m'indique une direction, je ne peux m'empêcher de regarder ailleurs. C'est pour cette raison que je trouve mes sujets de peinture dans le banal, le ridicule, voire le vulgaire quotidien qui renferment pour moi une parcelle de nous-mêmes digne d'être mise en lumière. 
 
    Mais, attention, ne tombez pas dans le piège. Ce que vous voyez a été créé à partir d'éléments existants certes mais ces éléments ont été assujettis à des contraintes affectives et plastiques. Le tableau, mûrement réfléchi, est construit comme un drame théâtral où le semblant émeut plus que le vrai; l'anecdote sans importance, une fois transposée sur la toile, devient démesure et aspire au sublime. 
 
      Par mon esprit de contradiction, je cherche l'universel dans le régionalisme à outrance, le sacré dans le geste dérisoire. Je me méfie tout de même de l'instant éternel. C'est pour cela que je préfère être classique/actuel.
LE TOMBEAU DES DIVINITÉS OUBLIÉS
    C'est à l'aube de mes cinquante ans que j'ai décidé d'entreprendre une nouvelle production picturale; une nouvelle recherche esthétique qui allait m'amener dans une voie encore inexplorée par moi; un changement majeur qui allait me faire retrouver l'enthousiasme perdu et m'occuper pour les cinq prochaines années.  
 
    Pendant plus de trente ans, j'ai parcouru le Québec, en voiture ou sur le pouce, à la recherche d'endroits paisibles pour m'adonner à une de mes passions le camping sauvage. Loin de tout, si possible au bord d'une rivière, j'aimais vivre seul en pleine forêt avec peu de moyens. Dans mes voyages d'exploration, j'ai découvert quelques lieux magiques où j'ai pris plaisir à y retourner le plus souvent possible. Un de ces lieux précieux était près des chutes Darwin à Rawdon. J'ai été envoûté pendant longtemps par cet endroit avant qu'il ne soit déserté par les fées de la nature ainsi que par les lutins souterrains. 

   Au point de départ, c'est un ensemble de pierres monumentales, plus ou moins à flanc de colline, qui m'a donné l'idée d'une série de toiles intitulée 'Le tombeau des divinités oubliées'. Ces roches me faisaient penser à des pierres tombales dédiées à quelconque Dieux anciens de la forêt qu'on ne vénère plus. J'ai pris alors une première centaine de photos des lieux pour me faire une nouvelle banque de sujets. J'ai décidé aussi que le nom des toiles aurait toujours une connotation qui fait référence à un cimetière. Voici donc une partie de l'ensemble réalisé.
     Ceci termine ma dernière production picturale qui fut photographiée jusqu'à date. Mais il existe aussi une douzaine d'autres toiles terminées sur le thème de la nature. Une douzaine d'autres sont restées inachevées car c'est ainsi qu'à cinquante-cinq ans j'ai décidé d'arrêté ma peinture. Une galerie qui m'a fait bien des promesses a vendu de mes toiles sans me tenir au courant puis a fermé ses portes en disparaissant dans la brume avec cinq de mes toiles et plusieurs reproductions. Après toutes ces années de démarches pour me bâtir un nom, j'ai alors compris que le milieu de l'art ne serait que frustrations et déceptions et décidai de tourner la page sans regret. Je me suis alors concentré sur l'enseignement de la peinture et mes autres passions. 
 
    La production de plus d'une centaine de tableaux en vingt ans est suffisante pour démontrer à la postérité mon talent.

    Colin Chabot