58. AU HASARD DE DESTIN  ANONYME 5
Rue Ste-Laurent, Montréal. 
(60po. x 7po.) juillet 1998.
 
    Je fus frappé par ce jeune itinérant à la longue barbe qui traversait la rue car les couleurs de ses vêtements se mariaient très bien avec celles du trottoir et de la rue. Son allure se fondait avec son milieu de vie (l'asphalte) au point de pouvoir presque disparaître. La jambe de son pantalon déchirée en diagonale me rappela immédiatement un auvent déchiré d'un restaurant abandonné sur la rue St Laurent; ce qui me fit choisir cet endroit vétuste et délabré de deux étages comme arrière fond. Les trois couleurs principales de ses deux vêtements ternes reprennent intentionnellement la couleur sombre de l'ombrage au sol, celle de la rue au soleil et celle plus claire du trottoir. La couleur rousse de sa pilosité est reprise aussi dans la porte condamnée en aggloméré. Le jeune homme regarde vers la gauche mais cela a été fait intentionnellement par moi pour simplement rééquilibrer la composition avec la bâtisse trop lourde à droite. Le chien berger allemand qui accompagne souvent certains jeunes itinérants est un rajout. Je lui ai donné le rôle de regarder son maître avec joie et admiration malgré les conditions de vie précaires pour les deux. C'est le souvenir d'une de mes vies en vagabond qui me fait les représenter si souvent.