2. UN INSTANT D'ÉTERNITÉ
Ruelle Henri-Julien, Montréal. 
(30po. x 48po.) mars, avril 1986.
 
     Tout au long de l'année 1985, j'avais exploré à travers différentes techniques, le thème des cieux. Mais c'est par un après-midi du mois de février 1986 que j'ai eu mon premier choc esthétique qui allait déclencher une nouvelle production majeure. Sur le balcon arrière de mon appartement du plateau Mont-Royal à Montréal, vers trois heures, s'est offert à mes yeux un spectacle grandiose. Le ciel, enveloppé de brume, s'est entièrement teinté de nuances de rose et de mauve. Le soleil est apparu alors, le temps d'un instant, encadré par deux cheminées d'une salaison et la façade d'une vieille usine. J'ai pris immédiatement des photos de la scène et dès le lendemain, je débutais les plans de ce tableau. 
 
    Ce n'est qu'avec le recul des mois, voire des années, que j'en ai compris toute l'importance. Il contenait déjà tous les éléments qui allaient guider ma production future c'est-à-dire une vue à vol d'oiseau où le ciel, choisi dans un moment privilégié, domine et impose son atmosphère à l'horizon qui se veut le reflet de notre époque. Ce contraste entre les ciels si éphémères, mais néanmoins toujours renouvelés et les bâtisses qui se veulent permanentes mais qui sont marquées par l'usure du temps, allait devenir une source d'inspiration pour plusieurs années à venir.