19. LE CLOWN TRISTE
St-Bruno, Lac-St-Jean. 
(30po. x 48po.) mi-février, mars 1991.
 
     À la vue de ce petit complexe comprenant un snack-bar à crème glacée en premier plan suivi d'un restaurant et un hôtel, je fus tout de suite séduit par son côté très coloré, un peu vieillot et surtout le fait qu'il n'avait pas aucun angle droit. J'ai pris immédiatement des photos du sujet juché sur le balcon d'une maison en face car vous avez compris que tous les points de vue de mes toiles, sans exception, se trouvent entre ciel et terre. La vision clownesque et chambranle de l'ensemble m'a inspiré le titre que j'ai complété par sa contraire, un ciel d'orage menaçant. Le ciel gris est donc un ajout pour dramatiser cette scène qui se veut trop jolie et festive. J'ai ajouté aussi l'auto mauve, la seule couleur qu'il n'y avait pas dans l'ensemble commercial et la dame qui protège sa belle tenue et sa coiffure de la pluie avec un journal. C'est ma mère qui a posé volontiers pour cette dernière. C'est ce qui différencie mes peintures composées de celles hyperréalistes qui sont issues en général d'un seul instantané. Il y eut aussi l'étude rigoureuse des reflets des bâtisses sur l’asphalte mouillée ou dans les flaques d'eau, rajoutés à la scène, qui m'a demandée de braver la pluie à mon retour en ville.