63. L'IMMORTALITÉ ME TUE
Lieu inconnu. 
(12po. x 60po.) mi-mars, avril 1999.
 
    Ce petit tableau tout en largeur déploie une quantité de véhicules de toutes sortes au premier plan tandis que derrière une palissade, un cimetière de bien d'autres semble sans fin. Malgré la scène banale, voire tristounette, il se dégage une atmosphère de calme et de sérénité grâce au plan large qui stabilise la composition et surtout grâce au ciel qui, d'un mouvement gracieux, se déploie tout en longueur. La maison du propriétaire des lieux, qui culmine en hauteur, est située à gauche pour rééquilibrer la masse nuageuse de droite. Le soleil couchant derrière trace en avant de longues ombres au sol qui ajoutent une touche de mystère. Un tricycle souligne qu'il y aura continuité de la famille et un chien berger allemand garde les lieux contre toute intrusion extérieure. C'est une scène réaliste d'une facette du Québec qu'on ne montre pas souvent en peinture.