26. LA DÉCHÉANCE D'UN ILLUMINÉ
St-Urbain, Charlevoix. 
(30po. x 48po.) octobre, novembre 1992.
 
     J'avais remarqué un jour, pendant un autre de mes voyages d'exploration, cette ancienne annonce d'un garage de silencieux montrant un jeune homme tenant un silencieux dans ses mains mais je n'avais pas pensé à le photographier à l'époque. Quelques années plus tard, en voulant la retrouver, j'ai erré dans plusieurs petits villages sans l'apercevoir en vain. J'avais oublié l'endroit exact de son domicile. Néanmoins je ne démissionnai pas et finit par enfin avoir l'information qu'il en avait déjà eu un à tel endroit mais qu'il avait été enlevé pour être jeté dans une cour de ferraille. Ce monsieur silencieux, dont je ne savais pas pourquoi il avait décidé de garder le silence, devenait une obsession. Après cent détours et errances, j'ai fini par le découvrir en piteux état derrière une palissade. Je ne le reconnaissais plus vraiment mais j'ai décidé quand même de photographier ce qu'il en restait. Je me suis alors rappelé un autre monsieur/affiche annonçant des vêtements de travail à Montréal et décidé de mixer les deux silhouettes en une seule. Dans mes boîtes contenant de nombreuses photos disparates, j'ai trouvé ce garage de St-Urbain accompagné d'une maison. C'est alors que l'histoire s'est mise en place. Ce jeune homme illuminé dans son beau costume et qui brandit fièrement un silencieux n'est plus ce qu'il a été. On le retrouve quarante ans plus tard sous un porche faiblement éclairé et qui roupille négligemment la bouche ouverte. Le garage est à vendre.