5. L'INSOUCIANCE DES PRÉSAGES
Rue Henri-Julien, Montréal. 
(30po. x 54po.) août, septembre 1986.
 
    Ma nouvelle production réaliste me demanda beaucoup d'efforts surtout pour améliorer la qualité des différentes textures. Le sujet de cette toile me fut inspiré le jour où je revenais d'une promenade à la campagne. À l'approche de Montréal, je vis une tempête sombre et menaçante se profiler à l’horizon et s'approcher dangereusement de la ville. En mettant les pieds sur le perron à l'entrée de mon appartement, je fus frappé par la noirceur du ciel qui contrastait avec les bâtisses en face de mon atelier qui, elles, baignaient encore dans la lumière d'un soleil bas. Les jours suivants, je suis monté sur mon toit pour photographier la vue du côté Est de ma rue Henri-Julien.

    En cette fin d'année 86, je prenais l'habitude de monter souvent sur mon toit pour prendre de nombreuses photos de ciels particuliers, à différentes heures du jour et du soir pour me constituer une première banque. C'est dans cette banque et à partir d'un collage de divers nuages que j'ai reconstitué la tempête.